Les chiffres de l’immobilier 2022 à date dans la région lyonnaise

Le jeudi 10 novembre, la Présidente de la Chambre des Notaires du Rhône Séverine Girardon et Me Sandrine Jacquemin-Van Gorp organisaient une nouvelle conférence de presse sur les prix à date de l’Immobilier 2022 dans la région lyonnaise. Voici les infos clés à retenir : 

Au niveau national comme au niveau départemental, les villes moyennes conservent un très bon dynamisme au détriment des plus grandes villes et des métropoles, qui ont tendance à voir leurs offres de logements anciens, augmenter considérablement. Ceci s’explique certainement par l’attractivité des prix des villes moyennes périphériques.

Des volumes de ventes en légère baisse mais des prix en hausse

Si le volume des ventes baisse légèrement, les prix en revanche sont toujours à la hausse, une différence par rapport à l’année dernière où les 2 indicateurs étaient à la hausse. +5,7 % pour les appartements anciens et + 7,0% pour les maisons anciennes.

Les ventes d’appartements anciens augmentent sur le département et se « tassent » sur Lyon

Les prix des appartements anciens situés dans le Rhône augmentent moins vite que ceux de la province, avec une assez grande disparité en fonction des communes. Le prix médian* dans le Rhône (4 030 €) est toujours en hausse (+ 4,9%) avec néanmoins un tassement sur Lyon. Il est une fois et demi supérieur au département de l’Isère et plus du double par rapport à la Saône et Loire. Le prix médian sur Lyon est de 5 090 € le m2. Concernant les arrondissements de Lyon, certains quartiers comme Lyon 2, Lyon 4 et Lyon 6 enregistrent pour la première fois une légère baisse tandis que le 5e, 8e et 9e sont toujours en hausse. La typologie d’appartements anciens n’a pas évolué. Le T3 reste toujours plus attractif avec une légère augmentation du T2 par rapport au T4.

Le volume des appartements neufs en baisse mais des prix en hausse

Si le nombre de transactions portant sur les appartements neufs continue de chuter (-11,2%) en toute logique eu égard au nombre de permis de construire accordés, les prix quant à eux augmentent de 5,2 %. Le prix médian est plus haut que sur le reste de la province, avec des prix toujours plus élevés à Lyon que dans le Rhône. Le prix median à Lyon est de 6 310 € le m2.

Les maisons anciennes ont toujours la côte

L’exode des urbains vers la périphérie se poursuit vers des maisons essentiellement situées dans les villes périphériques moyennes. +7 % du prix de vente médian. Le prix médian le plus haut revient à Caluire avec 700 000 € avec une grande disparité au niveau des communes.

Le prix des terrains à bâtir en forte évolution (+12,2%)

Concernant les terrains à vendre, les surfaces inférieures à 600 m² sont les plus vendues. Ce sont aussi celles qui sont le plus présentes sur le marché, et ce dans tout le département, y compris le nouveau Rhône. (Bully / Vindry / Nuelles …). On assiste également à une raréfaction du foncier disponible. Sur les opérations immobilières les plus importantes, les recours contre les autorisations d’urbanisme ne facilitent pas la fluidité du marché.

1/3 des acheteurs est un cadre supérieur trentenaire

Originaire principalement du Rhône, ce profil type achète pour une durée inférieure à 5 ans pour 1/3 d’entre eux. Une tendance à la hausse vers des biens consommables. Les acheteurs étant en grande majorité du département du Rhône, voire de la même commune. * le prix médian n’est pas la moyenne des prix. Il indique que la moitié des transactions ont été conclues à un prix inférieur et l’autre moitié à un prix supérieur du prix médian.

0